Bergtouren Übersicht Ausrüstung Bewertungen Home

Col du Loup

26. 3. 2015
Yannick Hennequin, Georg Haberfehlner, Fred Nouguier, Peter Schrammel
Wetter: dans les nuages jusqu'à 2300m
Wegverlauf
Freydière, 1131m - Lac du Crozet, 1974m - Col du Loup, 2399m - Freydière
Höhenmeter: 1306m
Weglänge: 16km
Zeitaufwand: 4h (2 + 1 + 1)
Bewertung: ****: paysage phenomenale mais descente trop courte
Kondition: F
Schwierigkeit: II: 33° sur 50m
Gefährlichkeit: 4: attention dans la montée au-dessus du lac
Frequentiertheit: b: doublé un groupe à 8
Bemerkungen: risque d'avalanches 2, poudre tassée >2000m
Bericht
Georg fut aussi arrivé à Grenoble, mais il faisait toujours du mauvais temps. Quand même il fallait faire un truc. On prit le tram pour rencontrer Yannick et Fred à 8h30. On monta à la Freydière. Yannick parlait tellement, qu’il avait quelques problèmes de navigation, mais finalement on arriva au parking, où il n’y avait que cinq voitures. On chaussa toue de suite - la route passa à poil. Elle semblait comme toujours interminable jusqu’à ce qu’on arrivât au Pré Raymond. Là, on doubla un groupe. La neige était dure dans la forêt, mais passait sans couteaux. Yannick et Georg marchèrent devant, moi et Fred derrière. À 11h45 on atteignit le Lac du Crozet. Tout était dans le brouillard. On suivit une vielle trace en conversions. On monta le versant sans trop voir où on allait. Heureusement, les conditions étaient sures. Après un replat la trace suivit la combe. Soudainement le brouillard devint transparent et quelques mètres après on fut au-dessus des nuages. Cela nous motivait et avant 13h on arriva au petit sommet à côté du col. On s’émerveillait des rochers impressionnants et de la paroi majestueuse de la Grande Lance de Domène. On s’étonnait aussi des routes possibles pour franchir le Col des Lances. Après le déjeuner on profita des premiers mètres de la descente au soleil. Puis le brouillard était toujours tellement dense qu’on voyait moins de 10m. Moi, je me trompai un peu à la descente. Je ratai la trace traversante au-dessus du lac. Du coup je dus remonter un peu. La descente ski cross qui suivait n’était pas trop intéressant mais obligatoire. On prit un demi dans la grange avant de descendre. On rentra à Grenoble à 16h. Le soir Georg et moi prîmes le train à Annecy d’où Thomas nous chercha.